Une start-up genevoise de réalité virtuelle à l’assaut d’Hollywood

Grâce à une technologie développée par une start-up genevoise, il est possible de plonger corps et âme dans le monde virtuel. Les grands noms de l’industrie cinématographique y croient et ont décidé d’investir.

Plus de 11 millions de dollars ont été investis notamment par Warner Bros., 21st Century Fox, Metro-Goldwyn-Mayer (MGM), IMAX Corporation, Westfield Corporation, et par Steven Spielberg pour développer un système de réalité virtuelle genevois,a appris la RTS mardi.

La naissance de Dreamscape est un signal fort des grands studios hollywoodiens et marque leur intérêt pour le secteur.

Intégrer le mouvement

Ils ont choisi de parier sur une technologie suisse développée par les chercheurs Caecilia Charbonnier et Sylvain Chagué de la fondation Artanim, à Meyrin. Jusqu’ici, la réalité virtuelle était très statique; le mouvement n’était possible qu’à l’aide de manettes et les interactions quasi inexistantes. Avec leur système, ces chercheurs ont réussi à intégrer le mouvement, de manière quasi immédiate, permettant une immersion totale dans un monde artificiel créé numériquement.

Il faut toujours enfiler un casque. Mais voici ce qui fait la différence: des capteurs, placés sur les mains, les pieds, le casque et un sac à dos. Le mouvement de ces marqueurs est enregistré par des caméras infrarouges.

“A l’aide d’un algorithme, même avec ces quelques points de repères, on peut régénérer le mouvement entier du corps virtuel. On arrive aussi à simuler par cette méthode le mouvement d’un objet”, explique Caecilia Charbonnier. “L’expérience devient par conséquent plus réelle: vous pouvez interagir avec d’autres utilisateurs, prendre des objets, voir votre propre avatar.”

Il s’agit ainsi d’un bond dans le développement de la réalité virtuelle. “Evidemment, nous cherchons encore par quels moyens nous pourrions immerger encore davantage l’utilisateur, tromper encore plus son cerveau. Nous aimerions par exemple encore améliorer les expressions du visage,” précise Sylvain Chagué.

Nouveau mode de consommation

Dreamscape s’adresse à deux secteurs qui souhaitent attirer les utilisateurs de divertissement et de consommation en ligne hors de chez eux: les cinémas et les centres commerciaux. Le but de l’industrie du film est double: se doter d’un nouveau mode de consommation, mais aussi d’offrir aux utilisateurs une expérience unique, qui ne peut être reproduite à domicile depuis un ordinateur ou une console de jeu.

Le premier multiplex de réalité virtuelle totalement immersive devrait voir le jour dès l’automne prochain à Los Angeles. Les séances de 10 minutes coûteraient le prix d’une place de cinéma en Suisse.

Natalie Bougeard/rens

New via RTS, see full article here ->

CONTACT US

Virtual Switzerland is happy to respond to any query!

Sending

©2017 Virtual Switzerland Association ⎢ All Rights Reserved

Legal Disclaimer
Cancel

Log in with your credentials

or    

Forgot your details?

Create Account

X